Innovations dans la culture bananière en Tanzanie

Date: 24 juillet 2014

Culture bananière en Tanzanie

En Tanzanie, près de 80 % de la population vit de l'agriculture. Au nord-est du pays, dans la région du lac Victoria, la banane est la principale culture. Pourtant, l'essentiel de la production relève de l'agriculture de survie et non pas de la production commerciale. En introduisant de nouvelles variétés de bananes et en dispensant des formations en gestion technique et en marketing, le projet bananier de la CTB vise à améliorer les moyens de subsistance des producteurs de bananes de la région. Aujourd'hui, après quatre ans, les premiers résultats sont visibles : les régimes de bananes ont doublé de taille et les agriculteurs vendent leurs excédents aux autres régions du pays, voire même à l'étranger.

Dans la région de Kagera, au nord-ouest de la Tanzanie, la sécheresse, les nuisibles et les maladies provoquent une baisse substantielle de la production bananière. Les niveaux de production sont aussi affectés par la pénurie de ressources, en ce compris les fertilisants et l'accès au crédit, ainsi que par les compétences limitées en matière de transformation, de gestion d'entreprise et de marketing.

Dans l'optique d'améliorer les moyens de subsistance des producteurs de bananes dans la région, le projet bananier de la CTB a adopté une stratégie push-pull.

Ainsi, de nouvelles variétés de bananes ont été introduites dans le but d'accroître la production bananière et 8.000 agriculteurs ont bénéficié d'une formation aux compétences techniques, telles que la multiplication de pousses de bananier (stratégie push).

Dans le même temps, en vue d'améliorer la commercialisation des bananes, les agriculteurs ont appris à transformer les bananes, par exemple en farine, et ont suivi des formations en marketing et en finances (stratégie pull).

Les cultures améliorées, combinées à une meilleure gestion technique et à un meilleur marketing, se sont avérées être une réussite. Les nouvelles variétés sont plus tolérantes aux maladies et produisent de très grands, voire d'énormes régimes de bananes. Ceux-ci se vendent aujourd'hui dans différentes régions de la Tanzanie et même à l'étranger. Trois fois par semaine, un bateau chargé à bloc de bananes quitte le port de la capitale Bukoba. De culture de subsistance, la banane est ainsi devenue une culture de rente pour les agriculteurs de Kagera.

Et un agriculteur de s'enthousiasmer : « Les régimes de bananes produits par les nouvelles variétés sont si lourds que vous avez besoin d'aide pour les poser sur la tête ! Il faut parfois même être deux pour les transporter ! »

Faits & chiffres

  • Quatre nouvelles variétés introduites (FHIA 17, FHIA 23, FHIA 25 et Yangambi Km 5)
  • Plus de 100 nouvelles pépinières créées
  • Plus de 8.000 agriculteurs formés aux compétences techniques
  • 24 groupes d'agriculteurs ont suivi des formations en transformation, marketing et finances
  • Les variétés traditionnelles produisent des régimes pesant en moyenne entre 30 et 80 kg, les nouvelles variétés des régimes de 70 à 180 kg
  • Un régime de 200 kg a même été récolté par les agriculteurs de Ngara, qui souhaitent dès lors le voir figurer dans le Livre Guinness des records.

Source : CTB
© photo : N. Palmer