Fin de mandat d’Olivier De Schutter comme Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l’alimentation

Date: 10 juin 2014

Food

Le 30 mai, la seconde partie du mandat d'Olivier De Schutter comme Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l'alimentation prenait fin. O. De Schutter a entamé le mandat le 1er mai 2008, et il a été renouvelé pour trois années supplémentaires en 2011. Les rapporteurs spéciaux ne peuvent être renouvelés qu'à une reprise. Prof. Hilal Elver, une académique de nationalité turque basée à l'Université de Californie à Santa Barbara, spécialiste des questions environnementales, lui succédera.

"Ce furent six années extraordinaires", conclut Olivier De Schutter au moment d'achever son mandat. "Nous avons progressé considérablement dans notre compréhension de la faim et de la malnutrition, et des mesures les plus urgentes à prendre en vue de leur éradication. Nous reconnaissons enfin que les pays pauvres à déficit alimentaire ne seront pas aidés par le commerce et l'aide alimentaire seuls, mais d'abord en soutenant leurs efforts afin qu'ils puissent se nourrir eux-mêmes. Nous comprenons mieux aussi les liens entre politiques agricoles, alimentation et santé, et la question de la nutrition et des régimes alimentaires adéquats est au sommet de l'agenda international. L'on reconnaît enfin très largement la nécessité d'aller vers des modes de production et de consommation plus durables: des sujets tels que l'agroécologie ou la réduction des pertes et du gaspillage sont, enfin, abordés de manière systématique.

"Il reste beaucoup de travail, bien sûr. Mais de nombreux signes attestent de ce que nous allons dans la bonne direction. Les organisations de petits producteurs sont plus visibles que jamais dans la prise de décision. Les initiatives locales et les conseils de politique alimentaire se développent partout, créant les conditions d'une 'transition par le bas' vers des systèmes alimentaires plus durables. Comme le montre le nouveau Guide alimentaire brésilien -- qui est plus lucide et prometteur que les traditionnelles 'pyramides alimentaires' enseignées dans les écoles --, nous prêtons attention enfin non seulement à ce que nous ingérons, mais aussi à comment et quand nous mangeons, et nous reconnaissons que l'alimentation est aussi affaire de culture, de plaisir et de convivialité. "

Olivier De Schutter a aussi évoqué l'avenir. "Je me réjouis de pouvoir contribuer, dans les années qui viennent, à construire le Panel international d'experts sur les systèmes alimentaires durables (IPES-Food), afin de construire des ponts entre la communauté scientifique et les décideurs publics et privés, en dialogue étroit avec la société civile. Les systèmes alimentaires sont en cours de redéfinition fondamentale, et des alternatives émergent de toutes parts: il est donc plus important que jamais que les décisions soient prises sur la base de la meilleure science disponible."