Didier Reynders confirme l'engagement belge pour les Droits de l'Homme

Date: 09 décembre 2013

À l’occasion de la Journée internationale des droits de l’homme, le 10 décembre, le Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Didier Reynders confirme que les droits de l’homme représentent plus que jamais un fil rouge de sa politique. Il s’agit en effet de valeurs qui font partie intégrante de notre société démocratique.

Soixante-cinq ans après l’approbation de la Déclaration universelle des droits de l’homme, tout le monde ne profite malheureusement pas encore, toujours et partout, des droits et libertés énoncés dans cette déclaration. Au contraire, nous vivons dans une époque où le caractère universel des droits de l’homme est davantage remis en question qu’il y a 10 ans. C’est la raison pour laquelle le Ministre Reynders est convaincu que notre pays doit poursuivre ses efforts dans le domaine de la promotion et de la défense des droits de l’homme et de l’État de droit.

L’année dernière, ces efforts ont été illustrés entre autres par la participation du Ministre Reynders au Congrès mondial contre la peine de mort à Madrid, l’adhésion au groupe de soutien de la Commission internationale contre la peine de mort, l’établissement d’un deuxième plan d'action national « Femmes, Paix et Sécurité », et l’organisation d’une activité annexe avec l’UNICEF sur le thème « Children’s rights and business principles » en marge du Pacte mondial des Nations unies à New York, auquel a pris part S.M. la Reine Mathilde.

En 2014, la Belgique continuera également à œuvrer pour la promotion et la défense des droits de l’homme, qui doivent être pris en considération dans le cadre des discussions sur l’agenda post-2015. En effet, la concrétisation du développement durable passe aussi par le respect des droits de l’homme et de l’État de droit. Bien que notre pays ne soit actuellement pas membre du Conseil des droits de l’Homme, Didier Reynders poursuivra son plaidoyer en faveur d’un rôle actif de la Belgique dans ce forum, notamment en maintenant les questions de la peine de mort et des enfants ainsi que des conflits armés à l’ordre du jour. À l’heure actuelle, la Belgique est membre du Comité ONG de l’ONU, où notre pays continuera à plaider pour l'accréditation des ONG qui militent en faveur des droits de l'homme, et de la Commission des Nations unies sur le statut des femmes, qui se penchera, en 2014, sur les défis et réalisations dans l’exécution des objectifs du Millénaire pour le développement des femmes et des filles.

Pour finir, le Ministre Reynders tient à souligner qu’il lutte également pour la promotion et la défense des droits de l’homme en Belgique même. À cet égard, notre pays s’attelle en ce moment à l'élaboration d'un plan d'action « Business and human rights ». En septembre dernier, notre pays a aussi introduit un rapport intérimaire volontaire auprès du Conseil des droits de l’homme l’Homme sur la mise en œuvre des recommandations acceptées dans le cadre de l’Examen Périodique Universel (EPU).