Didier Reynders salue la publication du rapport des Nations-Unies sur les circonstances de l'attaque chimique en Syrie

Date: 17 septembre 2013

Le Ministre des Affaires étrangères Didier Reynders salue la publication du rapport des Nations-Unies sur les circonstances de l'attaque chimique du 21 août en Syrie. La Belgique avait appelé depuis le début à ce que ce rapport soit produit rapidement et soit rendu public.

Ce rapport apporte maintenant la preuve irréfutable que les centaines de civils, y compris de nombreux enfants qui sont morts le 21 août ont bien été victimes d'une attaque chimique. C'est maintenant à la communauté internationale qu'il convient de tirer les conclusions politiques des travaux de la commission d'enquête et de tout faire pour traduire les responsables de ce crime de guerre devant les juridictions pénales internationales. Les éléments figurant dans le rapport ne laissent plus guère de doute quant à une responsabilité directe des forces armées loyales au Président Assad dans ce massacre.

La priorité est maintenant de traduire de manière concrète l'accord conclu ce 14 septembre il y a quelques jours entre le Secrétaire d'Etat Kerry et le Ministre Lavrov. En sa qualité de membre du Conseil Exécutif de l'OPCW, la Belgique entend bien y contribuer de manière active. Le Ministre Reynders a donné instruction à notre représentant permanent d'œuvrer en faveur de l'adoption dans les meilleurs délais - si possible cette semaine encore - d'une décision qui soit à la hauteur de l'enjeu. Cette décision doit déterminer des procédures spéciales qui permettront une neutralisation rapide de l'ensemble de l'arsenal chimique syrien et qui mettront en place un système de vérification rigoureux.

Une fois cette décision adoptée, elle devra être renforcée par une résolution du Conseil de Sécurité. Pour garantir la crédibilité du processus, la Belgique espère que le Conseil de Sécurité pourra se mettre d'accord sur une résolution contraignante, de préférence dans le cadre du chapitre VII. L'adoption d'une telle résolution donnerait les meilleures garanties de maintien de la pression vis-à-vis du régime syrien et limiterait les risques ultérieurs d'une nouvelle division du Conseil de Sécurité. 

Outre cette action diplomatique, le Ministre verra avec ses collègues du gouvernement quelle contribution concrète la Belgique pourra apporter à l'effort international de désarmement de la Syrie vu l'expertise technique que notre pays possède en la matière.