Cérémonie "Justes parmi les Nations" en présence du Président Shimon Peres, du Prince Philippe et du Ministre Didier Reynders

Date: 05 mars 2013

Au cours d’une cérémonie qui s’est tenue le 5 mars au Palais d’Egmont en présence de S.A.R. le Prince Philippe et du Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Didier Reynders, monsieur Shimon Peres, Président israélien, a remis à 22 citoyens belges le diplôme et la décoration de "Juste parmi les Nations".

Le titre de "Juste parmi les Nations" est décerné par l’institut israélien "Yad Vashem" en hommage aux non-Juifs qui ont risqué leur vie pour sauver des Juifs de la persécution, de la déportation et de l’extermination par les nazis et leurs complices. Cette reconnaissance est attribuée tant à des personnes encore vivantes qu’à titre posthume, à des proches de personnes aujourd’hui décédées. 1612 Belges ont déjà été reconnus "Justes parmi les Nations". De nombreux sauveurs ne sont toutefois pas connus ou ont souhaité rester anonymes. On estime entre 28 000 et 30 000 le nombre de Juifs qui ont pu être sauvés en Belgique.

La cérémonie en l’honneur des "Justes parmi les Nations" clôture et couronne également l’année de présidence belge de l’"International Holocaust Remembrance Alliance" (précédemment appelé "Task Force for International Cooperation on Holocaust Education, Remembrance and Research").

Notre pays a présidé pendant une année cette organisation intergouvernementale qui compte 31 États membres. Elle a été créée pour faire perdurer le souvenir de l’Holocauste (la Shoah) et pour encourager la recherche et l’enseignement.

Au cours de la présidence belge, deux séances plénières se sont tenues en partenariat avec la Communauté flamande à Malines, et avec les communautés française et germanophone à Liège. Lors de ces séances, une politique adaptée a été élaborée pour cette organisation rebaptisée et des décisions directrices ont été prises concernant l’enseignement sur l’Holocauste, la recherche sur les camps d’extermination ("Shoah par balles"), l’accès aux archives publiques et privées, ainsi que l’organisation de journées commémoratives.

La présidence canadienne, qui débutera l’année prochaine, permettra de poursuivre sur cette voie au cours de l’année à venir.

En Belgique, l’année écoulée a aussi été l’occasion d’accorder une attention particulière au souvenir de l’Holocauste. Le 9 septembre, le premier ministre a reconnu la responsabilité de l’État belge dans la persécution des Juifs en Belgique et le Sénat belge a adopté au mois de janvier une position unique par une résolution approuvée à l’unanimité.

À Liège, Jamoigne et Anvers, des monuments et des plaques commémoratives ont été inaugurés et, en novembre, le nouveau musée Caserne Dossin a officiellement ouvert ses portes à Malines en présence du Roi.

La recherche et l’enseignement, les monuments et les musées ne contribuent pas uniquement à faire connaître la Shoah et les circonstances et processus qui en sont à l’origine. Ils montrent également qu’il faut lutter à temps contre l’intolérance, le racisme et l’antisémitisme.

L’exemple des "Justes parmi les Nations" montre également qu’il est possible de résister, et surtout de ne pas être un suiviste et ce, même dans les circonstances les plus sombres. Les "Justes parmi les Nations" ont toujours adopté ce principe et ont sauvé la vie d’autrui au péril de la leur.

Brochure de la cérémonie, incluant la liste des personnes honorées (PDF, 4.19 MB)

Regardez une vidéo sur la cérémonieNo label found for: as_externallink.alttag