Le Ministre Reynders à propos de la négociation d’un Traité sur le commerce des armes à New York

Date: 30 juillet 2012

À l’instar du Secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, le Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, déplore que malgré leurs efforts, les négociateurs présents à New York ne soient pas parvenus à s’accorder sur un Traité sur le commerce des armes. Le ministre se réjouit par contre que tous les États Membres des Nations Unies aient participé aux échanges diplomatiques. L’efficacité de pareil Traité suppose que les grands pays producteurs et exportateurs d’armes se rallient au texte.
 
Le Ministre Reynders salue l’établissement d’un projet de texte, qui est une première. Ce projet contient plusieurs éléments positifs. La quasi-totalité des armes conventionnelles et tous les types de transferts d’armes tombent dans son champ d’application. En outre, les critères d’exportation incluent des évaluations de la situation des droits de l’Homme et la transparence du commerce des armes est accrue.
 
Avec ses partenaires de l’UE, la Belgique a joué un rôle actif et constructif durant les négociations, afin de permettre la conclusion d’un accord ambitieux et approfondi.

Le ministre œuvrera de concert avec les partenaires de l’UE et d’autres pays aux vues similaires afin de garder intactes toutes les chances de finalisation de ce traité. Il souhaite que les négociations reprennent dans les meilleurs délais sur la base du projet de texte. Il appelle tous les pays à faire preuve de flexibilité sur les divers points de discussion.