Aide belge à l’enseignement. La Belgique doit-elle investir autrement au Sud?

Date: 14 mai 2013

Ce mardi 14 mai 2013, à l’initiative de Plan Belgique, plus de 100 décideurs politiques et professionnels du développement issus de divers continents se sont rassemblés lors de la Conférence internationale ‘Basic Education for Change’. En présence de S.A.R. la Princesse Mathilde et après une ouverture officielle par Jean-Pascal Labille, Ministre de la Coopération belge au développement, les participants se sont interrogés sur la place de l’éducation de base au sein de la coopération belge et internationale.

S.A.R la Princesse Mathilde et Mr.Jean-Pascal Labille, Ministre de la Coopération belge au développement, aux côtés d’experts du Sud et des organisateurs de la Conférence ‘Basic Education for Change’ - Rita Aerts et Dirk Van Maele, Directeur et Présidente de Plan Belgique, Yves Willemot, Directeur d’Unicef Belgique et Sven Rooms, Directeur des programmes au VVOB. (copyright Plan / Laurent Poma).

S.A.R la Princesse Mathilde et M. Jean-Pascal Labille, Ministre de la Coopération belge au développement, aux côtés d’experts du Sud et des organisateurs de la Conférence ‘Basic Education for Change’ - Rita Aerts et Dirk Van Maele, Directeur et Présidente de Plan Belgique, Yves Willemot, Directeur d’Unicef Belgique et Sven Rooms, Directeur des programmes au VVOB (photo: Plan / Laurent Poma).

Cette dernière décennie, la communauté internationale a accompli de réels progrès sur le front de la scolarisation. Davantage d’enfants - filles et garçons - ont accès à l’école et l’opportunité d’y apprendre au minimum à lire, écrire et compter. Une opportunité dont aucun enfant au monde ne devrait être privé. Cependant, au moment de faire le point sur l’atteinte des Objectifs du Millénaire (2015), il faut nuancer ce succès: 132 millions d’enfants n’ont toujours pas accès à l’éducation primaire et secondaire inférieur; les questions de qualité et d’équité restent de réelles préoccupations et le maintien du financement aux systèmes éducatifs n’est pas assuré. En effet, les milieux d’aide à l’enseignement craignent que l’aide à l’éducation soit le parent pauvre du programme post-OMD (2015). Un écueil à éviter à tout prix si l’on veut que les progrès accomplis portent réellement leurs fruits et que les enfants du Sud aient les chances qu’ils méritent de changer leur avenir, celui de leur communauté et de leur société tout entière.

Que peut faire la Belgique pour changer l’avenir des enfants du Sud grâce à l’éducation?

Gordon Brown, envoyé spécial des Nations Unies pour l’éducation mondiale, s’adresse aux décideurs belges dans un message vidéo: “D’ici à 2015, l’éducation de base doit devenir une priorité absolue de la Coopération au développement. Pour donner une éducation à un enfant en Afrique par exemple, 100 par an dollars suffisent. En d’autres mots : même avec un budget restreint, nous pouvons scolariser des millions d’enfants.”

Le débat du jour est nourri par l’étude ‘Aide belge à l’enseignement de base: préparer l’avenir’ réalisée à la demande de Plan Belgique par le Dr. Huib Huyse, de l’Institut de recherche sur le travail et la société (HIVA).

Il présente aujourd’hui les conclusions et recommandations principales de l’étude: “Si les documents stratégiques belges traitent beaucoup d’éducation de base, ils sont peu traduits dans la pratique. Par ailleurs, une grande partie des investissements belges en faveur de l’éducation dans le Sud va aux bourses d’études et autres programmes pour l’enseignement supérieur. Seule une partie limitée – beaucoup moins que ce que les autres donateurs investissent, est attribuée à l’éducation de base.”

Dirk Van Maele, Jean-Pascal Labille et la Princesse Mathilde

Dirk Van Maele, Jean-Pascal Labille et S.A.R. la Princesse Mathilde
(photo: Plan / Laurent Poma)

Sur base des recommandations de l’étude et forte de son expérience sur le terrain, Plan Belgique formule trois recommandations principales vis-à-vis des décideurs belges:

  • augmenter l’attention portée à l’enseignement de base, tant du point de vue des budgets, que des modalités d’intervention.
  • être fidèle aux prises de position sur l’Education pour Tous (EPT) et les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), et affecter davantage de fonds à l’enseignement de base - à commencer par l’éducation de la petite enfance - reconnu comme le socle indispensable des autres niveaux de scolarisation.
  • se concentrer, en tant que ‘petit donateur’, sur les questions de qualité et d’équité, pour que l’éducation contribue réellement au bien-être des enfants, de leur communauté et de leur société.

Le Ministre Jean-Pascal Labille formule des engagements qui font écho au plaidoyer de Plan Belgique et de ses partenaires: "La Coopération belge au développement concentrera son travail sur l’éducation de base et l’enseignement technique et professionnel et ciblera l’équité, la qualité et la pertinence des apprentissages dans ses actions et ses financements en matière d’éducation."

Jean-Pascal Labille
Le Ministre Labille (photo: Plan / Laurent Poma)

Références :

Pour en savoir plus sur Plan Belgique:
www.planbelgique.be/que-fait-plan/actualites/conference-basic-education-for-change-la-belgique-a-un-role-a-jouer-dans-le-sudNo label found for: as_externallink.alttag