Programmes et partenaires


Le Burundi est, depuis son indépendance en 1962, un pays partenaire de la Belgique. Ce partenariat n'a été interrompu que dans les années nonante lors d'un embargo imposé par la communauté internationale.

La Belgique concentre son action bilatérale à partir de 2010 autour de trois secteurs: la santé, l'éducation et l'agriculture. Les thèmes transversaux sont: égalité de genre, développement durable et environnement, respect des droits de l’enfant et la bonne gouvernance.

Ceci à été inscrit dans un Programme Indicatif de Coopération (PIC) pour la période 2010-2013(4). La Coopération belge au développement dégage pour cette période un montant de 200 millions d’euros. De manière générale, l'aide belge au Burundi vise les objectifs suivants:

  • promotion d’un environnement institutionnel favorable
  • amélioration de la gouvernance sectorielle
  • renforcement des compétences et formation du personnel
  • participation au financement de ces secteurs à travers des instruments de financement sectoriel

L'agriculture est un élément essentiel de l’économie et de la vie quotidienne : elle couvre 95% des besoins alimentaires et emploie presque 90% de la population active. Les principales raisons ayant empêché de développement de l’agriculture sont : une faible productivité, l’accès limité et le morcellement des terres, des connaissances lacunaires en gestion de l'eau et du sol et des problèmes dans le traitement, la conservation et la commercialisation des produits. L'appui bilatéral ce concentre principalement sur l'appui institutionnel au Ministère de l’Agriculture, sur la recherche agricole et le développement des filières agricoles (par ex. riz, bananes) et sur l’amélioration du système d’exploitation familiale intégrée. Les actions sur le terrain sont concentrées dans les régions du Bugesera, Imbo et de Moso-Nord.

Dans le domaine de l’éducation comme dans celui de la santé, la surcharge des établissements et le manque de personnel compétent représentent deux défis majeurs. Ici, le soutien des partenaires est crucial pour le Burundi. La Belgique est ‘chef de file’ de tous les bailleurs de fonds pour le secteur de la santé. En ce qui concerne l’éducation, la Belgique appuie notamment le Fonds Commun de l’Education. La Belgique est également « Supervising entity » pour le Partenariat Mondial de l’Education.

Il est aussi à noter que la Belgique joue un rôle dans la coordination globale du développement de la communauté des donateurs, à travers son soutien et sa coprésidence du Groupe Suivi et Evaluation du Groupe de Coordination des Partenaires, présidé par le Comité National de la Coordination des Aides (CNCA).

Le Burundi a vécu une longue période d’instabilité politique et d’insécurité. Cette période allait de paire avec un mauvais contrôle des dépenses publiques et des pratiques de népotisme et de corruption. Afin d’apporter des améliorations, le Burundi a adoptée la Stratégie Nationale de Bonne Gouvernance et de Lutte contre la Corruption. La Belgique a décidé de soutenir le processus de mise en œuvre de cette stratégie, car il y a encore beaucoup de défis. La Belgique finance notamment le « Projet d’appui à la bonne gouvernance et à la lutte contre la corruption au Burundi» ainsi que le projet d’ «Appui à l'amélioration du système des marchés publics au Burundi ».

Dans le cadre de l’appui belge à TradeMark East Africa Burundi, l’Office Burundais des Recettes (OBR) est également récipiendaire de l’aide belge. Depuis sa création en 2009, l’OBR a réussi à presque faire doubler les recettes fiscales du pays. A partir de 2015, la Belgique appuiera également l’OBR via la coopération bilatérale. Pour plus d’infos sur l’OBR : www.africaresearchinstitute.org/newsite/wp-content/uploads/2013/10/PV-For-state-and-citizen.pdfNo label found for: as_externallink.alttag.

La Belgique est également présente dans le secteur de la justice (renforcement de la justice et de l’état de droit) et de la sécurité, avec le programme police promouvant notamment la police de proximité.

En complément de la coopération bilatérale, la Belgique soutient également un certain nombre d'activités liées à la sécurité alimentaire, financé par le Fonds Belge pour la Sécurité Alimentaire et menées par des organisations diverses (CTB, ONG belges et institutions multilatérales).

La Belgique fournit également un appui indirect par l'intermédiaire des ONG belges, par la coopération interuniversitaire ou par la coopération entre d’autres institutions scientifiques, mais aussi à travers les syndicats, les institutions et organisations des régions et communautés en Belgique (coopération indirecte).

En plus, la Belgique soutient un certain nombre d’actions effectuées par les organisations de l'ONU. Certaines de ces actions sont dans le domaine de l'urgence et de l’humanitaire (par exemple la FAO ou le Food and Agriculture Organisation et l’UNHCR), le PAM (Programme Alimentaire Mondial).

La Belgique finance également des projets dans le domaine de la prévention des conflits, conformément à certaines priorités thématiques et géographiques de notre politique étrangère. Toutes les propositions de financement sont confrontées à des critères préétablis qui répondent à certaines exigences sur le plan du contenu et sur le plan administratif. Vous les trouvez iciNo label found for: as_externallink.alttag.