Didier Reynders conclut un accord avec le Qatar

Date: 31 mars 2014

Ce 31 mars, le Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires Etrangères Didier Reynders a procédé à l'échange des instruments de ratification relatifs à l'accord bilatéral sur la protection et la promotion des investissements entre l'UEBL et le Qatar avec le Ministre adjoint des affaires étrangères du Qatar Mohammed Bin Abdullah Al Rumaihi et le représentant du Luxembourg.

Cet accord comprend une clause sociale étendue, qui prévoit particulièrement la possibilité de mener des consultations bilatérales en matière de respect des normes sociales et environnementales. Avec cela à l'esprit, le Ministre des Affaires Etrangères Didier Reynders a fait part au Ministre Al Rumaihi de ses préoccupations et de celles du Parlement belge et des milieux syndicaux et associatifs concernant les conditions de travail des migrants sur les chantiers au Qatar, singulièrement dans le cadre de la préparation de la Coupe du monde de football 2022. Le Ministre Reynders a informé le Ministre adjoint du souhait belge d'ouvrir un dialogue sur la façon dont le travail est organisé sur lesdits chantiers. Didier Reynders a aussi souligné que la Belgique accorde une grande importance à cette question, notamment au regard des nombreuses entreprises belges intéressées par des contrats dans le cadre du Mundial et soucieuses d'éviter de s'associer à des sous-traitants dont les pratiques poseraient problème.

Le Ministre Al Rumaihi a souligné que plusieurs lois et règlements venaient d'être adoptés en vue de mettre fin aux abus observés. Des normes sanitaires (espace de logement et ouvertures de polycliniques particulières) et de sécurité pour les ouvriers des chantiers concernés ont été édictées. Le nombre d'inspecteurs du travail déployés sur les différents sites est passé de 120 à 250. Le Qatar a aussi mis sur pied des tribunaux du travail spéciaux en la matière et requis les services de deux sociétés de consultance internationales pour l'assister dans ce domaine.

Le Ministre Reynders a souligné qu'il serait toutefois important de voir comment cela se traduirait dans la pratique, notamment dans le cadre de visites sur place. Il a également souligné que l'Organisation internationale du travail (OIT) devrait pouvoir être associée au suivi de ces initiatives. Le ministre Al Rumaihi a accueilli positivement la proposition de recevoir des visites, particulièrement pour étudier le fonctionnement des tribunaux nouvellement créés.