Prolongation des sanctions sur les groupes armés en RDC

Date: 31 janvier 2014

Le Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, se réjouit de l’adoption à l’unanimité par le Conseil de Sécurité des Nations Unies de la résolution 2136 qui vise à prolonger jusqu’au 1er février 2015 les sanctions contre des personnes, entités ou groupes armés sévissant dans l’Est de la République Démocratique du Congo.

Dans sa résolution, le Conseil de Sécurité condamne tous les groupes armés opérant dans la région de même que les violations du Droit International Humanitaire et des Droits de l’Homme.  Le Conseil condamne également les atteintes contre la population civile, le personnel humanitaire et la MONUSCO, dont ces groupes armés se rendent coupables.

Didier Reynders se réjouit particulièrement de lire que le Conseil de Sécurité demande expressément aux FDLR (Forces démocratiques de libération du Rwanda), aux ADF (Allied Democratic Forces) -Nalu, à la LRA (Lord Resistance Army) et aux groupes Maï Maï de cesser immédiatement toute forme de violence, de déposer les armes et de démobiliser les enfants qui se trouvent dans leurs rangs. Le Conseil de Sécurité demande par ailleurs aux Etats de la région de prendre les mesures nécessaires pour empêcher tout appui aux groupes armés sur ou depuis leurs territoires.

En outre, le ministre Reynders salue l'adoption ce 31 janvier d'un Plan d'Action pour la mise en œuvre des engagements pris dans "l’Accord-Cadre d’Addis Abeba pour la Paix, la Sécurité et la Coopération pour la RDC et la Région". Ce plan a été adopté lors de la troisième réunion du Mécanisme Régional de Suivi, à laquelle la Belgique était représentée par l’Envoyé Spécial du Ministre pour la Région des Grands Lacs, l’Ambassadeur Frank De Coninck.

Didier Reynders rappelle que cet Accord-cadre, à présent renforcé par un plan d'action concret, constitue une véritable chance d'apporter enfin une solution durable au conflit dans l'Est de la RDC, qui n'a que trop duré.  Cette opportunité doit être saisie au plus vite afin d'apporter aux populations locales la paix et la stabilité auxquelles elles aspirent.  Le Ministre encourage dès lors tous les pays signataires à rapidement mettre en œuvre leurs engagements par des actions concrètes.