La lutte contre les inégalités, un élément clé dans la lutte contre la pauvreté

Date: 28 janvier 2014

La lutte contre les inégalités, un élément clé dans la lutte contre la pauvreté

En dépit des preuves que les inégalités empêchent les pays de se développer dans un grand nombre de domaines, la lutte contre celles-ci n'a que légèrement progressé, a proclamé  l'Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), Helen Clark, à l'occasion d'une conférence qu'elle tenait à l'International Growth Centre de la London School of Economics.

« Comme le portent à croire les nombreux soulèvements qui ont éclaté ces dernières années, l'exclusion économique conjuguée à l'exclusion politique peut s'avérer un mélange toxique.  À ce jour, les progrès accomplis dans la lutte contre les diverses formes d'inégalité restent limités », explique Clark.

 « Les faits démontrent que les inégalités de revenu entravent la croissance à long terme ; influencent négativement les résultats en matière de santé ; génèrent une instabilité politique ; contribuent aux montées de la violence ; ébranlent la cohésion sociale ; et sapent la prise de décision collective nécessaire à une réforme efficace. »

Les inégalités de revenu au niveau mondial restent élevées. En effet, 8 % de la population gagnent la moitié du revenu mondial, laissant l'autre moitié aux 92 % restants.  

Selon un rapport publié hier par Oxfam International, les 85 personnes les plus riches de la planète possèdent la même richesse que la moitié la moins riche de la population mondiale.

« Les réseaux internationaux de la société civile considèrent à juste titre cette répartition comme inacceptable, car elle est injuste et mine le processus de développement », ajoute-t-elle.

En s'appuyant sur l'indice de développement humain (IDHI) ajusté aux inégalités, qui tient compte non seulement des réalisations moyennes d’un pays en matière de santé, d’éducation et de revenu, mais également de la manière dont ces réalisations sont réparties, le rapport sur le développement humain 2013 arrive à la conclusion que la perte moyenne en matière de développement humain au niveau mondial résulte à concurrence de 23 % d'inégalités.

Clark a conclu en déclarant que les politiques sociales ne suffisaient pas à réduire les inégalités, mais qu'il fallait également une croissance inclusive génératrice d'emplois ainsi que des règles plus justes à l'échelle internationale dans un vaste éventail de domaines allant du commerce à la finance en passant par la lutte contre le changement climatique.

Elle a ensuite suggéré que les nouveaux objectifs du programme de développement de l'après-2015, élaborés par la communauté internationale et donnant la parole aux populations du monde entier, pourraient jouer un rôle-clé dans la lutte contre les inégalités et dans le développement au sens large.

« Ces objectifs vont définir le programme mondial de développement durable pour les quinze prochaines années - années durant lesquelles nous aurons besoin de percées décisives en vue d'éradiquer la pauvreté sous tous ses aspects, de parvenir à une meilleure égalité, et de veiller à ce que nous vivions dans le respect de la nature tout en faisant progresser le développement humain. »

Un nouveau rapport du PNUD qui devrait être publié prochainement analyse l'importance des tendances et facteurs d'inégalité. Selon ce rapport, les inégalités de revenu ont augmenté de 11 % dans les pays en développement entre 1990 et 2010. Dans ces mêmes pays, la plupart des ménages — plus de 75 % de la population — vivent aujourd'hui dans des sociétés où les revenus sont plus inégalement répartis qu'ils ne l'étaient dans les années 1990.

En savoir plus

© Photo: Oxfam/Tom Pietrasik