Le Ministre Reynders rencontre les autorités burundaises

Date: 09 juillet 2013

Le Vice Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Didier Reynders a reçu ce mardi 9 juillet au Palais d’Egmont le 2ème Vice Président du Burundi Gervais Rufyikiri, accompagné par le Ministre des Relations Extérieures, Laurent Kavakure.

Le 2ème Vice-Président et le Ministre des Affaires étrangères ont tenu à venir expliquer devant les autorités et l’opinion publique belges le contexte et le fonctionnement de la loi sur les médias promulguée le 4 juin dernier. Le Ministre Reynders s’est réjoui de cette initiative de transparence, qui fait suite à l’entretien avec son homologue burundais à Addis Ababa, en marge du Sommet de l’Union africaine, le 26 mai dernier. Il a rappelé son inquiétude concernant les restrictions à la liberté de la presse que pourrait engendrer l’application de la nouvelle loi sur les médias.

Au cours de l’entretien, d’autres projets législatifs relatifs aux libertés civiles et politiques au Burundi en voie d’adoption ont également été soulevés.

Les problèmes de gouvernance économique au Burundi et de stabilité macro-économique ont également été soulevés. Le 2ème Vice-Président a dans ce contexte informé le Ministre Reynders des préparatifs de la première conférence sectorielle post-Genève qui aura lieu les 15 et 16 juillet à Bujumbura et a invité la Belgique à y participer. Le Ministre Reynders a encouragé les autorités burundaises à appliquer les réformes préconisées par le FMI pour assainir la situation budgétaire du pays et accélérer les réformes structurelles.

Suite à la réunion spéciale du Comité des Partenaires, le volet de la coopération au développement avec le Burundi a également été abordé, notamment concernant la mise en œuvre par les autorités burundaises de la « Stratégie Nationale de Bonne Gouvernance et de Lutte contre la Corruption ».

Enfin, la situation régionale a aussi été évoquée. Le Ministre Reynders a insisté sur l’importance du suivi de l’accord d’Addis-Abeba, de l’intégration régionale et du dialogue pour mettre fin aux crises récurrentes dans la région.