La coopération dans le domaine de l’Eau, thème de la Journée mondiale de l’Eau 2013

Date: 21 mars 2013

Pour le Ministre de la Coopération au Développement, Jean-Pascal Labille, la coopération dans le domaine de l’eau est une condition essentielle à la paix et au développement durable. Elle contribue à la réduction de la pauvreté, à établir l’équité, à créer des retombées économiques, à préserver les ressources en eau ainsi qu’à protéger l’environnement, tout en construisant la paix. La Journée mondiale de l’Eau, célébrée ce 22 mars, est l’occasion de sensibiliser l’opinion publique de par le monde, à l’intérêt de cette thématique..

(c) Dieter Telemans

L’eau douce est le dénominateur commun des défis les plus pressants de notre époque, tels que la santé, l’agriculture, l’énergie et l’urbanisation. Mais cette ressource est souvent mal gérée, et donne lieu à de fortes tensions dans le monde. Comment le monde peut-il coopérer plus étroitement pour surmonter les défis actuels, et faire en sorte que l’accès à l’eau potable, un droit de l’homme, soit une réalité pour tous? Pour faire avancer cette cause éminemment vitale, l’ONU-Eau a désigné l’UNESCO pour coordonner l’Année internationale des Nations Unies pour la coopération dans le domaine de l’Eau en 2013.

Les chiffres :
Les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) en rapport avec l’eau ont été, en général, réalisés avec cinq ans d’avance sur l’échéance de 2015. On considère ainsi que 89% de la population mondiale a désormais accès à une source améliorée d’eau potable. Mais il reste encore beaucoup à faire. En effet, 783 millions de personnes n’ont toujours pas accès à l’eau potable (source: JMP - Joint Monitoring Programme, 2012). Concernant l’assainissement de base, 2,5 milliards de personnes - soit 37% de la population mondiale - n’ont toujours pas accès aux installations améliorées. Et environ trois quarts de ces personnes vivent dans des zones rurales et périurbaines.

(c) Dieter Telemans

Que fait la Coopération belge au développement dans ce domaine ?
L’accès à l’eau potable ainsi qu’aux services d’assainissement de base et de l’hygiène est un droit fondamental, pris en compte dans toutes les interventions de la Coopération belge, depuis la publication de sa stratégie en matière d’infrastructure de base en 2002. Cette vision s’applique également au Programme de développement post-2015 dont les priorités sont les suivantes:

  • Tout le monde devrait avoir accès à l’eau potable, l’assainissement et l’hygiène à la maison;
  • L’ensemble des écoles et centres de santé devraient disposer d’eau en général, et d’eau potable en particulier, ainsi que des services d’assainissement et de l’hygiène, de façon sûre et continue;
  • Les services d’eau potable, d’assainissement et d’hygiène devraient être équitables et durables.

Ces priorités sont autant d’éléments-clés pour améliorer l’état de santé, la nutrition et l’éducation des populations, en vue d’un développement durable.

Le défi reste donc de taille, en Afrique sub-saharienne notamment, où un grand nombre de personnes ne bénéficient pas encore de ces services: en RDC par exemple, seul un quart de la population dispose d’un accès à l’eau potable.

(c) Dieter Telemans

A lire également, sur le site de la CTB :

Sites de référence :

Copyright photos : Dieter Telemans