Le Ministre Reynders au sujet de la 10ème Journée européenne et mondiale contre la peine de mort

Date: 09 octobre 2012
A l'occasion de la 10ème Journée européenne et mondiale contre la peine de mort, le vice-Premier ministre et Ministre des Affaires étrangères Didier Reynders constate que, depuis 2002, des progrès significatifs ont été réalisés: 21 pays ont aboli la peine de mort pour tous les délits, tandis que le nombre de pays qui pratiquent effectivement la peine de mort a diminué de plus d’un tiers. Mais le fait que quelques pays ont repris les exécutions démontre que la lutte contre l'abolition complète de la peine de mort n'est pas encore gagnée.

Par conséquent, la Belgique, avec l’Union Européenne, reste engagée sur plusieurs fronts dans la lutte contre la peine de mort. La peine de mort est une violation inacceptable de la dignité humaine et constitue un châtiment cruel, inhumain et dégradant.

La Belgique tend, avec l'Union européenne, vers l'abolition complète de la peine de mort. Notre pays appelle également à une diminution du nombre d'exécutions effectives dans les pays où la peine de mort est encore pratiquée et insiste pour que, si elle est appliquée, cela se fasse dans le respect des normes internationales minimales actuelles, et avec un maximum de transparence.

Le Ministre Reynders souligne également que la Belgique continuera à œuvrer, en tant que membre du "Groupe des Amis du Second Protocole facultatif », pour la ratification du Second  Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits civils et politiques, qui prévoit l'abolition de la peine de mort. Enfin, la Belgique attend avec intérêt la réunion triennale des adversaires de la peine de mort qui aura lieu en 2013 à Madrid à l'occasion du cinquième Congrès mondial contre la peine de mort.