Assemblée générale des Nation unies : Sahel, rencontre avec Ban Ki-moon et coorganisateur de l’événement sur les pays les moins avancés

Date: 26 septembre 2012

Le Ministre de la Coopération au Développement Paul Magnette a participé aujourd'hui à l'Assemblée générale des Nations unies à New York à une réunion de haut niveau sur le Sahel, il a rencontré avec le Premier Ministre et le Ministre des affaires Etrangères le Secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon et il a co-présidé l’événement coorganisé par la Belgique sur les pays les moins avancés (PMA).

Réunion de haut niveau "Pour une stratégie intégrée pour le Sahel"

Dix-huit millions d'habitants, dont un million d'enfants, souffrent actuellement de malnutrition sévère dans le Sahel. Lors d'une réunion en présence de 60 chefs d'État, dont le Président français François Hollande, la Secrétaire d'État américaine Hillary Clinton, le Président du Conseil européen Herman Van Rompuy, les membres du Conseil de sécurité, des agences humanitaires et des donateurs internationaux, l’ambition était d’arriver à une stratégie intégrée pour la région du Sahel. Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a présidé la réunion et l’a ouverte avec des mots d'éloge pour la présence et l'engagement des nombreux chefs de gouvernements.

Le Président de l'Union africaine a appelé à une stratégie intégrée, qui comprend à la fois les aspects humanitaires et les aspects de sécurité, de bonne gouvernance, de développement et de droits de l'homme. Une vision qui était ensuite partagée par beaucoup d'autres. Herman Van Rompuy a condamné les conflits qui conduisent à des crises humanitaires. Il a appelé à une stratégie globale dans laquelle l'Europe peut agir comme moteur du développement à travers plusieurs partenariats. Il a également souligné que l'UE, sur base d'une évaluation de la situation au Mali, serait prête à reprendre la coopération au développement avec ce pays. Le Ministre de la Coopération au Développement Paul Magnette l’indiquait déjà la semaine dernière lors d’un entretien avec le Ministre malien du Développement, Tieman Coulibaly.

Les mesures nécessaires

Les pays du Sahel font tous, dans une plus ou moins grande mesure, face à un manque de capacités législatives, militaires et de la police, et les services sociaux doivent également être améliorés. Au niveau national, il faut donc miser sur le renforcement des capacités et de la bonne gouvernance.

Il faut, en outre, intensifier les partenariats régionaux. Aucune organisation ne couvre la région du Sahel, et la présence de l'ONU est dispersée elle aussi. Il y a par conséquent un travail de stratégie intégrée avec de solides collaborations régionales à réaliser.

Troisièmement, la situation socio-économique doit être améliorée. Le développement économique insuffisant, l'exclusion sociale et les sécheresses mènent à la radicalisation, et des perspectives économiques peuvent y apporter une réponse.

La Belgique est déjà clairement présente dans la région à travers sa coopération au développement. Le Mali, le Niger et l'Algérie sont trois de nos pays partenaires. De plus, le Ministre Magnette a déjà libéré des enveloppes supplémentaires pour répondre rapidement aux besoins humanitaires dans la région du Sahel.

Réunion bilaterale avec Ban Ki-moon

Le Premier Ministre, Paul Magnette et Didier Reynders ont eu une entrevue bilatérale avec le Secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon. Le Ministre Magnette a souligné l’importance de l’agenda de développement pour l’après-2015. Dans cet agenda la convergence doit être au centre. Convergence entre les OMD (Objectifs du Millénaire pour le développement) et les ODD (Objectifs de Développement Durable) et convergence avec les priorités d’énergie durable pour tous (initiative lancée par le Secrétaire général à Rio et soutenue par la Belgique) et l’éducation (le Secrétaire général lancera lors de l’Assemblé générale son initiative ‘Education First’).

Les Pays les Moins Avancés

La Belgique était coorganisateur avec le Népal et la Turquie d’un événement sur les pays les moins avancés (PMA). E.a. le Premier Ministre du Nepal, le Commissaire européen Andris Piebalgs, un représentant de la Banque mondiale et Amina Mohammed, Adviseur spéciale sur le post-2015 du Secrétaire général de l'ONU, avec qui le Ministre Magnette avait déjà eu une réunion bilatérale à ce sujet, figuraient dans le panel.

Dix de nos pays partenaires sont des pays qui figurent dans la catégorie des PMA. La Belgique a donc pu développer une expertise dans la matière, pour laquelle elle est reconnue au niveau international. Suite au programme d’action établi il y 16 mois à Istanbul et suite à la confirmation à Rio que le développement doit être durable, la communauté internationale doit à présent se pencher sur l’agenda de développement pour l’après-2015. Paul Magnette: "Les PMA ont beaucoup à gagner à se propulser vers le développement durable, particulièrement en optant pour l’énergie verte et une économie verte. Chaque pays devra élaborer ses priorités et plans pour lutter contre la pauvreté de manière durable, afin de réduire la vulnérabilité, tant sur le plan économique, social qu’environnemental. Les droits humains restent fondamentaux dans chaque approche, en particulier les droits des femmes, qui sont la clé du développement inclusif, durable et humain."