Débat ouvert sur les méthodes de travail du Conseil de sécurité

date: 29 October 2013

Déclaration par S.E. l’Ambassadeur Bénédicte FRANKINET,
Représentant Permanent du Royaume de Belgique auprès des Nations Unies

Au nom du Royaume des Pays-Bas et du Royaume de Belgique

 au Conseil de sécurité
dans le cadre du « Débat ouvert sur les méthodes de travail du Conseil de sécurité »

New York, le 29 octobre 2013

 

 

 

VERIFIER AU PRONONCE

 
M. le Président,

J’ai l’honneur de m’adresser au Conseil de sécurité au nom du Royaume des Pays-Bas et du Royaume de Belgique. 

Tout d’abord, je souhaiterais remercier l’Azerbaïdjan, en tant que Président du Conseil, d’avoir organisé ce débat et d’avoir préparé une excellente note conceptuelle. 

Les Pays-Bas et la Belgique attachent une grande importance à ce débat ouvert. Il donne aux autres membres des Nations Unies l’occasion d’interagir avec le Conseil de sécurité sur un thème qui ne constitue pas qu’une affaire de procédure interne, mais qui a un profond impact sur la façon dont nous nous efforçons de faire fonctionner l’organisation universelle qui est la nôtre.  

Il faut reconnaître, dès le départ, que de réels progrès ont été accomplis au cours des dernières années. Les Pays-Bas et la Belgique tiennent à féliciter à cet égard tant les membres permanents que les membres élus successifs du Conseil. Les engagements mentionnés dans la note du Président du Conseil de sécurité du mois d’août dernier méritent non seulement notre appréciation, mais aussi d’être rapidement mis en œuvre. 

Malgré cela, des progrès supplémentaires dans l’amélioration des méthodes de travail du Conseil de sécurité sont souhaitables. Ils aideraient à renforcer la responsabilité du Conseil vis-à-vis des autres Etats membres et à améliorer encore davantage la transparence, la légitimité et la mise en œuvre effective de ses décisions.

M. le Président,

La note conceptuelle préparée pour cette réunion contient un aperçu intéressant des travaux et des événements récents sur les méthodes de travail du Conseil de sécurité. Elle liste un nombre de bonnes suggestions, dont les Pays-Bas et la Belgique sont heureux de soutenir la grande majorité.

Nous souhaiterions toutefois attirer l’attention sur quelques idées spécifiques :
 
(1) Premièrement, nous apprécions le fait que les présidents des configurations par pays  de la Commission de Consolidation de la Paix soient invités à informer le Conseil lorsque celui-ci examine la situation de “leurs” pays respectifs. Toutefois, nous sommes convaincus que les travaux du Conseil tireraient profit d’une participation des présidents des configurations par pays de la CCP  aux consultations privées – beaucoup plus interactives – qui font en général suite au briefing public.

(2) Deuxièmement, nous nous félicitons de la tenue de sessions récapitulatives mensuelles (« wrap-up »), mais nous sommes d’avis qu’elles pourraient être plus interactives, et dès lors offrir l’occasion d’une évaluation basée sur une approche plus analytique.

(3) Troisièmement, nous félicitons le Royaume-Uni et l’Australie pour l’organisation d’un débat prospectif (« horizon scanning ») au début de leurs présidences. Les Pays-Bas et la Belgique sont favorables à l’idée de tenir – sur base de cet acquis - des débats prospectifs qui pourraient faire partie intégrante de nos efforts en matière de diplomatie préventive. Nous encourageons donc les autres membres du Conseil à tenir ces débats prospectifs sur une base régulière.

(4) Quatrièmement, la coopération entre les Nations Unies et les organisations régionales compétentes en matière de paix et de sécurité s’est largement améliorée et diversifiée et nous en félicitons aussi le Conseil. Les organisations régionales devraient pouvoir être entendues plus souvent encore au Conseil, non seulement sur des questions thématiques, mais aussi lors de l’examen des situations de pays dans lesquelles elles sont impliquées. De plus, les relations entre le Conseil et les institutions à caractère juridique, telles que la Cour Internationale de Justice et la Cour permanente d’arbitrage pourraient s’intensifier, étant donné le rôle que ces dernières peuvent jouer en matière de prévention et de résolution des conflits. 

(5) Enfin, les Pays-Bas et la Belgique seraient favorables à ce que soient notifiées plus tôt certaines options examinées par le Conseil, lorsque celles-ci peuvent avoir des conséquences budgétaires qui affectent tous les Etats membres. A cet égard, nous pensons en particulier au coût des opérations de maintien de la paix.

M. le Président,

Comme je l’ai dit, les Pays-Bas et la Belgique apprécient les efforts déjà réalisés pour améliorer les méthodes de travail du Conseil. Les idées proposées dans votre note conceptuelle méritent un examen approfondi. 

Nous comptons sur les membres du Conseil de sécurité, en particulier ses membres permanents, pour qu’ils joignent leurs efforts à ceux des autres Etats membre pour continuer à améliorer la transparence, la légitimité, l’efficacité et l’interactivité du Conseil de sécurité.

Je vous remercie.

*****************************

UNOFFICIAL ENGLISH TRANSLATION

Statement by H.E. Ambassador Bénédicte FRANKINET, Permanent Representative of the Kingdom of Belgium to the United Nations on behalf of the Kingdom of the Netherlands and the Kingdom of Belgium to the Security Council on the issue of the “Security Council open debate on working methods”
New York, 29 October 2013

Mr. President,

I have the honour to address the Council on behalf of the Kingdom of the Netherlands and the Kingdom of Belgium.

First of all, I would like to thank Azerbaijan, as President of the Security Council, for convening this debate and for preparing an excellent concept note.

The Netherlands and Belgium attach great importance to this open debate. It gives the wider UN-membership the opportunity to interact with the Security Council members on a topic that is not just an internal procedural matter, but an issue that has a profound impact on the way we try to make this universal organisation work. 

Let me start by acknowledging that real progress has been made over the past few years. The Netherlands and Belgium would like to commend both the permanent and the successive elected Members of the Council for their efforts in this regard. The commitments put forward in the note by the President of the Security Council last August deserve praise and warrant expedient implementation.

Nonetheless, further progress on the improvement of the working methods of the Security Council is desirable. It would help to enhance the Security Council’s accountability to the wider membership, and to increase further the transparency, the legitimacy and the effectiveness of its decisions.

Mr. President,

The concept note sent out ahead of this meeting contains an interesting overview of the recent work and events on the working methods of the Security Council. It sums up a number of good suggestions, practically all of which the Netherlands and Belgium would happily support.

We would like to ask special attention for some specific ideas:

(1) Firstly, we appreciate the fact that the chairs of the country-specific configurations of the Peacebuilding Commission are invited to brief the Council when “their” country is being discussed. However, we strongly believe that the Council’s work could benefit from allowing the PBC chairs to participate in the much more interactive closed consultations that usually follow the public briefings.

(2) Secondly, we welcome the monthly wrap-up sessions, but believe these could be more interactive, thus creating a moment for evaluation through a more analytical approach.  

(3) Thirdly, we commend the UK and Australia for having organized a horizon scanning debate at the start of their presidencies this year. The Netherlands and Belgium would favour building on this precedent to establish horizon scanning meetings as an integral part of the larger effort of preventive diplomacy. Therefore, we encourage other Council members to also organize horizon scanning meetings on a regular basis.

(4) Fourthly, the cooperation between the UN and relevant regional organisations in the area of peace and security has greatly improved and has become more diversified. The Council is to be commended for it. Regional organizations should be heard on an even more regular basis in the Council, not only on thematic issues, but on country situations in which they are involved. Furthermore, relations between the Council and legal institutions such as the International Court of Justice and the Permanent Court of Arbitration could be intensified, given their role in conflict prevention and resolution.

(5) Lastly, the Netherlands and Belgium would appreciate earlier notification of certain options taken into consideration by the Council in cases where said options have possible budgetary implications that affect the entire membership. In this regard, the cost of peacekeeping missions in particular comes to mind.

Mr. President,

As said, the Netherlands and Belgium value the efforts that have been made so far to improve the working methods of the Security Council. The notions proposed in your concept note deserve our careful consideration. 

We count on the Security Council members, in particular the permanent members, to join their efforts with the wider membership to continue to enhance the transparency, legitimacy, effectiveness and interactivity of the Security Council.

I thank you.