Statement by H.E. Ambassador Frank De Coninck, Special Envoy of Belgium for the Great Lakes Region to the Security Council on the issue of “The situation in the Great Lakes Region: Supporting the Great Lakes Framework”

date: 25 July 2013

La Belgique se félicite du présent débat qui permet de faire un bilan à mi-parcours entre la première réunion de suivi “11+4” de l’Accord-cadre qui s’est tenue à Addis Abeba fin mai et la deuxième qui aura lieu fin septembre en marge de l'Assemblée Générale. 
La Belgique souscrit pleinement à la déclaration de l’Union européenne, et à titre national, souhaite ajouter les éléments suivants.

Mon pays estime que l’Accord-cadre constitue une opportunité unique d’apporter une solution durable à la crise qui sévit dans la région des Grands Lacs depuis bientôt 20 ans.  Nous soutenons la brigade d’intervention de la MONUSCO, que nous voulons efficace et crédible. Nous soutenons également l’action diplomatique de l’Envoyé spécial du Secrétaire-général, Mme Robinson. 
La Belgique, à travers ses nombreux contacts bilatéraux et son expertise, mais aussi comme partenaire international mentionné dans l’Accord-cadre, est disposée à contribuer activement à la recherche de solutions concrètes.

Nous notons des signes encourageants: le Comité Technique de Soutien du mécanisme régional de suivi élabore une liste de "benchmarks". La RDC a, de son côté, mis en place un mécanisme national de suivi.  Mme Robinson a réuni à Bujumbura une conférence importante sur le rôle des femmes dans la paix, la sécurité et le développement.  En outre, une première réunion  constructive sur la coopération régionale s’est tenue la semaine dernière à Addis.

Le processus demeure toutefois fragile; les risques de dérapage qui annuleraient les progrès relatifs constatés depuis la signature de l'Accord-cadre sont réels. Tout ralentissement ou toute perte du "momentum" risqueraient de le fragiliser davantage.

Je souhaiterais développer trois points à cet égard qui méritent une attention particulière:

1. Il se dessine une dangereuse fissure entre le moyen et le court terme.  La mise en œuvre des engagements pris dans l’Accord-cadre, tels que le développement régional, le rétablissement de l'autorité de l'état dans l'Est congolais et les réformes à réaliser sont des objectifs fondamentaux à atteindre à moyen terme. Mais ces objectifs sont tributaires d’une résolution à court terme de la crise actuelle dans le Nord Kivu.
Il nous semble donc essentiel que la communauté internationale continue d’insister de manière unanime pour que cessent  les violences dont sont victimes les populations civiles.  Le M23 doit cesser de menacer la ville de Goma, déposer les armes et renoncer à ses velléités d’instaurer une administration parallèle. A ce sujet, notre attention a été attirée par l’appel américain concernant le soutien extérieur à ce mouvement.

2. Il conviendrait de clarifier l'articulation entre les actions de la brigade d'intervention de la MONUSCO contre les groupes armés et un programme crédible de DDR (Désarmement, Démobilisation et Réinsertion), voire DDRRR (Désarmement, Démobilisation, Rapatriement, Réinsertion et Réinstallation). Il y va notamment de l’efficacité et de la crédibilité des actions de la brigade d’intervention.

3. La Réforme du Secteur de Sécurité (en particulier réforme de l'armée RDC) est essentielle, mais elle est parfois le sujet de malentendus entre la Communauté Internationale et la RDC. Il est souhaitable qu'un dialogue plus structuré s'établisse entre les autorités congolaises et ses partenaires en matière de coopération militaire. Le Représentant Spécial du Secrétaire Général, conformément aux résolutions du Conseil de Sécurité qui précisent son mandat, a un rôle essentiel à cet égard. La Belgique, qui poursuit une coopération bilatérale très active dans ce domaine, est disposée à participer à cet exercice.

Je vous remercie.

**********

Unofficial English translation

Belgium welcomes this debate. It allows to make a midterm evaluation, between the first meeting of the « 11+4 » mechanism of the Framework agreement, which was held in Addis at the end of May, and the second meeting which will be organized at the end of September in the margin of the General Assembly.

Belgium fully aligns itself with the EU statement, and would like to add, from a national perspective, the following elements:

My country believes that the Framework agreement constitutes a unique opportunity to bring a durable solution to the crisis in the Great Lakes region. We support the Monusco intervention brigade, which we want to be efficient and credible. We also support the diplomatic action of the Special Envoy of the Secretary-General, Ms. Robinson.

Belgium, through its numerous bilateral contacts and expertise, but also as international partner mentioned in the Framework Agreement, is ready to actively contribute to finding concrete solutions.

We notice some encouraging signals: the Technical Support Committee of the regional follow-up mechanism has elaborated a list of benchmarks. The DRC has put in place a national follow-up mechanism. Ms. Robinson organized an important conference in Bujumbura on the role of women in peace, security and development. Furthermore, a first constructive meeting on regional cooperation took place last week in Addis.

Still, the process remains fragile. Setbacks that would wipe out the relative progress, made since the signing of the Framework Agreement, are a real risk. Every slow-down or any loss of “momentum” could weaken the process further.

In that regard, I would like to develop three points that deserve special attention:

1) A dangerous discrepancy between the medium and the long term seems to be developing. The implementation of the commitments of the Framework Agreement, such as regional development, the re-establishment of state authority in eastern DRC and the reforms that have to be undertaken are fundamental objectives in the medium term, but they are dependent on a resolution, in the short term, of the current crisis in North-Kivu.

We therefore think it is essential that the international community unanimously continues to insist on a cessation of all violence, of which the civilian population is the first victim. The M23 has to stop threatening the city of Goma. It should put down its arms and abandon its ambition to set up a parallel administration. In this context, our attention was drawn to the American appeal concerning external support to this movement.

2) It would be more than useful to clarify the articulation between, on the one hand, the actions of the Monusco intervention brigade against armed groups and, on the other hand, a credible DDR / DDRRR programme. The efficiency and the credibility of the actions of the intervention brigade depend on it.

3) Security Sector Reform, especially the reform of the Congolese army, is essential, but it is often the topic of misunderstandings between the international community and the DRC. We would advocate for a more structured dialogue between the Congolese authorities and its partners in the field of military cooperation. The SRSG, in line with the Security Council resolutions that define his mandate, has an essential role in this regard. Belgium has a very active bilateral cooperation in this domain and is ready to participate in such an exercise.

I thank you.