Assemblée générale - Palestine - Explication de vote de S.E.M. Jan Grauls, Représentant permanent de la Belgique auprès des Nations unies

date: 29 November 2012

Monsieur le Président,


La Belgique s’associe pleinement à la déclaration de l’Union européenne lors de ce débat, et souhaite faire les observations suivantes.

Le vote d’aujourd’hui constitue une avancée significative vers la création d’un Etat de Palestine que nous appelons tous de nos vœux. Mais la Belgique estime que la véritable avancée sera réalisée lorsque  les Palestiniens pourront bénéficier, sur le terrain, du futur Etat disposant des institutions, du personnel et les instruments nécessaires à son bon fonctionnement. 

La Belgique partage pleinement l’objectif visé par cette résolution, à savoir une solution à deux Etats vivant côte à côte dans la paix et la sécurité, avec un futur Etat de Palestine qui soit démocratique, viable et durable. La solution des deux Etats est en effet la seule possible au conflit israélo-palestinien et tous les efforts doivent être menés dans ce sens.

Pour la Belgique, la résolution adoptée aujourd’hui par l’Assemblée Générale ne constitue pas encore une reconnaissance d’Etat au sens complet du terme. La mise en place d'un Etat de plein droit devra être le résultat de négociations entre Israéliens et Palestiniens. Dans notre esprit, il n’y a pas d’alternative aux négociations, aussi difficiles soient-elles. La priorité doit dès lors aller à la reprise rapide des pourparlers de paix. Dans ce contexte, tant Israël que l’Autorité palestinienne doivent s’abstenir de tout acte unilatéral de nature à miner la crédibilité du processus de paix.

Avec ses partenaires européens, la Belgique lance un appel à toutes les parties et à tous les acteurs impliqués, à travailler sans tarder à une résolution du conflit. Nous sommes déterminés à coopérer activement avec les Etats-Unis à une initiative fixant des paramètres pour le processus de négociations et offrant suffisamment de garanties et d’incitants pour chacune des parties.

Le vote d’aujourd’hui indique clairement que le processus de paix doit s’accélérer. Une reprise rapide et inconditionnelle des négociations s’impose. Ce qu'il faut faire à tout prix, c'est rassembler autour de la table les négociateurs israéliens et palestiniens. L’urgence ce n’est pas demain. C’est aujourd’hui.

Je vous remercie.