Statement by H.E. Mr. Jan GRAULS, Permanent Representative of Belgium, on behalf of the Netherlands and Belgium to the Security Council on the “Security Council open debate on working methods”

date: 26 November 2012

Statement by H.E. Ambassador Jan GRAULS
Permanent Representative of the Kingdom of Belgium to the United Nations on behalf of the Netherlands and Belgium to the Security Councilon the issue of the “Security Council open debate on working methods”

New York, 26 November 2012

 

CHECK AGAINST DELIVERY

 
Mr. President,

I have the honour to address the Council on behalf of the Netherlands and Belgium.

First of all, I would like to thank India, as President of the Security Council, for convening this debate and for preparing, together with Portugal, what we consider an excellent concept note. We would also like to express our gratitude to Portugal, which organized the previous open debate in 2011 and has been a driving force behind this important topic.

Mr. President,

Belgium and the Netherlands attach great importance to this open debate, which provides the wider UN-membership with the opportunity to interact with the Security Council members on this matter. We feel a strong sense of urgency to make progress on the improvement of the working methods - and on broader Security Council reform, for that matter. As said before, we think it is high time to enhance the Security Council’s accountability to the wider membership, and to increase the transparency, the legitimacy and effectiveness of its decisions.

In our view concrete results on this issue can only be achieved through a meaningful dialogue between the UNSC and the General Assembly. This is the path we should follow, and today’s debate is an excellent example of how we should proceed. We fully share the statement at the very beginning of the concept note that working methods I quote concern the UN member states as a whole unquote.

Besides, in recent years, real and encouraging improvements have already been made, as is also explained in your concept note. The working methods debates have already produced results, and it is good to remind ourselves that today the Council is operating under other, better, and more transparent working methods than before. The Netherlands and Belgium would like to commend both the permanent and the successive elected Members of Council for their efforts in this regard.

The Netherlands and Belgium want to stress this fact, because we do not want the further development of better working methods to become hostage to a lack of progress on the wider debate about Security Council reform.

In May, we witnessed the withdrawal of the initiative of the S5 on the improvement of the working methods of the Security Council. At that point in time the permanent members of the Security Council indicated that they were ready to seriously consider the recommendations put forward in the S-5 draft-resolution. Belgium and the Netherlands hope that they will do so.

Mr. President,

We studied the Indian-Portuguese concept note that was sent to us in preparation of this debate. It contains an interesting overview of recent events and repeatedly stresses the right principles: this debate should lead us to real and concrete measures that simultaneously enhance transparency, efficiency and interactivity within the Council and with the wider membership.

In your concept note you invite the wider membership to come up with a range of practical suggestions that could make a real difference in the day-to-day Security Council business. You then sum up a list of concrete and operational ideas, some of which have actually been put forward by the Netherlands and Belgium during the previous debate in November 2011.

We welcome those suggestions in the Indian-Portuguese paper aimed at increasing the involvement of States and other parties, non-members of the Security Council, in the Council’s work, especially the suggestions that aim at enhancing the participation of the chairs of the country-specific configurations of the Peace-building Commission, and of the troop and police contributing countries in relevant debates and discussions. We also support the proposal of a more flexible use of meeting formats available, such as Arria formula meetings or informal interactive dialogues.
Furthermore, we support the suggestions made on increasing the transparency and inclusivity of the work of the Security Council’s subsidiary bodies.

We would also like to repeat our plea to improve country-specific debates by inviting the country at stake in the discussions. Countries that are being debated, but that are not a member of the Council, should be given the opportunity to contribute to Council debates at a moment when they really matter and under a formula to be decided on an ad hoc basis. By doing so, the Council would give a fair and decent chance to countries to put their point of view forward. After hearing such a country, the Council can still discuss the issue at stake in a restricted debate among its members, without the country concerned being present.

We also see merit in the proposal to promote more and more interactive open debates. The suggestion to invite non Council members to speak among the Council members is noteworthy.

At the same we would like to receive further clarification on some of the other suggestions. The suggestion to enhance the role of the Military Staff Committee is thought-provoking. It would be interesting to explore whether the MSC could provide military advice when the Security Council considers the mandate of a military operation.

Mr. President,

The Belgium and Netherlands truly appreciate the efforts that have been made so far to improve the working methods of the Security Council. The long list of ideas in your concept note deserves our careful attention and some of them could and should be swiftly implemented.

We count on the Security Council members, in particular the permanent members, to make a joint effort together with the wider membership to continue enhancing the transparency, legitimacy, effectiveness and interactivity of the Security Council.

Thank you.

 

Déclaration par S.E. l’Ambassadeur Jan Grauls, Représentant permanent du Royaume de Belgique auprès des Nations Unies au nom des Pays-Bas et de la Belgique à l’occasion du débat ouvert du Conseil de Sécurité sur ses méthodes travail

New York, 26 novembre 2012


Monsieur le Président,

J’ai l’honneur de m’adresser au Conseil au nom des Pays-Bas et de la Belgique.

Tout d’abord, permettez-moi de remercier l’Inde, en tant que présidente du Conseil de Sécurité, d’avoir convié ce débat et préparé, avec le Portugal, ce que nous considérons être une excellente note conceptuelle. Nous souhaitons également exprimer toute notre gratitude au Portugal, qui a organisé le précédent débat ouvert en 2011 et a  porté cet important sujet.

Monsieur le Président,

Les Pays-Bas et la Belgique attachent une grande importance à ce débat ouvert, qui donne aux Etats membres dans leur ensemble, la possibilité d’interagir avec les membres du Conseil sur cette question.

Il existe, selon nous, une certaine urgence à progresser sur l’amélioration des méthodes de travail du Conseil, et de manière plus générale, sur la réforme du Conseil de Sécurité. Comme nous l’avons dit précédemment, nous pensons qu’il est grand temps que le Conseil de Sécurité améliore sa capacité à rendre des comptes aux Etats membres dans leur ensemble, ainsi que la transparence, la légitimité et l’effectivité de ses décisions.

A cet égard, des résultats concrets ne peuvent, selon nous, être achevés qu’au travers d’un dialogue constructif entre le Conseil de Sécurité et l’Assemblée générale. Ceci est la voie que nous devons suivre et le débat d’aujourd’hui constitue un excellent exemple de la manière dont nous devrions procéder. Nous partageons entièrement l’affirmation reprise au début de la note conceptuelle, à savoir que les méthodes de travail –je cite- « concernent les Etats membres des Nations Unies dans leur ensemble » –fin de citation.

Ces dernières années, de réelles et encourageantes améliorations ont été enregistrées, comme le décrit la note conceptuelle. Les débats sur les méthodes de travail ont déjà produit des résultats et il est bon de nous rappeler à nous-mêmes que le Conseil de Sécurité opère désormais sous des méthodes de travail autres, meilleures et plus transparentes que par le passé. Les Pays-Bas et la Belgique souhaitent à cet égard louer les efforts tant des membres permanents que des membres successifs élus du Conseil. 

Les Pays-Bas et la Belgique souhaitent souligner ce point, car nous ne souhaitons pas que l’avancement vers une amélioration des méthodes de travail du Conseil soit pris en otage par le manque de progrès sur la question, plus large, de la réforme du Conseil de Sécurité.

En mai dernier, nous avons été témoin du retrait d’une initiative des S5 sur l’amélioration des méthodes de travail du Conseil. A cette époque, les membres permanents du Conseil avaient indiqué qu’ils se tenaient prêts à examiner les recommandations formulées dans le projet de résolution des S5. Les Pays-Bas et la Belgique espèrent qu’ils donneront suite à cet engagement.


Monsieur le Président,

Nous avons examiné avec attention la note conceptuelle diffusée par l’Inde et le Portugal en préparation de ce débat. Cette note contient un aperçu intéressant des récents événements et réaffirme avec insistance de justes principes : ce débat devrait nous mener vers des mesures réelles et concrètes qui améliorent la transparence, l’efficience et l’interactivité au sein du Conseil et avec les Etats membres dans leur ensemble.

Dans votre note conceptuelle, vous invitez les Etats membres dans leur ensemble à faire des suggestions concrètes qui pourraient marquer une réelle différence dans le travail quotidien du Conseil de Sécurité. Vous énoncez une liste d’idées concrètes et opérationnelles, dont certaines, en réalité, avaient déjà été avancées par les Pays-Bas et la Belgique durant le précédent débat en novembre 2011.

Nous accueillons donc favorablement les suggestions contenues dans la note conceptuelle, préparée par l’Inde et le Portugal, qui visent à augmente l’implication des Etats et autres parties, non-membres du Conseil, dans le travail du Conseil, particulièrement les suggestions relatives à l’amélioration de la participation des Présidents des configurations spécifiques de la Commission de Consolidation de la Paix, ainsi que les pays contributeurs de troupes et de policiers dans les débats et discussions pertinentes. Nous soutenons également la proposition relative à un usage plus flexible des différents formats de réunion, tel que le format de réunion Arria et les dialogues interactifs informels.

De plus, nous soutenons les suggestions visant à améliorer la transparence et l’inclusivité dans le travail des organes subsidiaires du Conseil de Sécurité.

Nous voudrions également répéter notre plaidoyer en faveur de l’amélioration des débats spécifiques sur des pays en invitant le pays en question aux discussions du Conseil. Les pays qui font l’objet d’un débat du Conseil, mais qui n’en sont pas membres, devraient se voir offrir l’opportunité de contribuer aux débats du Conseil à un moment pertinent, et selon une formule devant être décidée de manière ad hoc. De cette manière, le Conseil donnerait une opportunité juste et correcte aux pays concernés de faire part de leurs vues. Après une telle audition, le Conseil pourrait toujours discuter de la question dans un format restreint, uniquement avec ses membres, sans la présence du pays concerné.

Nous tenons aussi à souligner le mérite de la proposition visant à promouvoir de plus en plus la tenue de débats interactifs. La suggestion d’inviter des Etats non-membres du Conseil à prendre la parole parmi les membres du Conseil retient également notre sympathie.

Enfin, nous souhaiterions obtenir quelque clarification sur d’autres suggestions, telle que la proposition concernant le renforcement du rôle du Comité d’état-major.


Monsieur le Président,

Les Pays-Bas et la Belgique apprécient sincèrement les efforts fournis pour améliorer les méthodes de travail du Conseil de Sécurité. La longue liste d’idées présentées dans votre note conceptuelle mérite notre plus grande attention et certaines pourraient d’ailleurs être mises en œuvre assez rapidement. 

Nous comptons sur les membres du Conseil de Sécurité, en particulier les membres permanents, pour s’associer aux Etats membres dans leur ensemble dans un effort conjoint visant à améliore la transparence, la légitimité, l’effectivité et l’interactivité du Conseil de Sécurité.


Je vous remercie.